samedi 18 avril 2015

For the ones that are asking in their hearts




It has been a long time since our last chapter and this is not a new one.
It is just to answer to people that could ask us to which church we belong to.
This is our prayer corner. And yes, we belong to the Orthodox Church.

dimanche 23 janvier 2011

Few final words:



It is unreal. It is not possible that all of this happened. This is what we felt while writing and reading this story. We thought that it was unbelievable enough even for us that we have lived it. So one question came spontaneously to us as maybe it will come also to you: why all this? Why all this just for two person to be together? Two person that are not special at all, in any way. We don’t have the answer yet. And to be reasonable it is very unlikable we will ever have it. Who knows. But it happened.
Maybe everyone of you has his own personal answer to it.
We have tried to do our best to write just real happenings without any personal interpretation.
We have tried to do the same way somebody walking hit by a flower vase would have done: I had been hit by a flower vase. Without telling his feeling, his suppositions, and the reason why it happened. His feeling and suppositions could have changed depending if he had sleeped well the night before, if in his heart there was hate or love, if he was alone or in love, if was in a hurry or not, and ultimately and not for this reason the least important if his head was hard or delicate. All this things could have changed a lot his perception. But the fact will rest the same: he has been hit by a vase of flower.
For the curious: now both of us are deeply Christians, as far as our faith allows us to be, in our heart and in our behavior.



When the heart cries for what it has lost, the soul smiles for what it has found

chapter 8: The dreams



Life is beautiful! I am getting back from a good mission, I love a man that loves me, I have a family that I love and that takes good care of me, I have plenty of friends and I spend my day taking care of my nephews, what more could I ask for? For me was not possible to have a better life. Nothing to change.
I also had some truths that were giving me a solid base.
Max has never hidden to me or to anybody else, that he didn’t know if the story of the Mormons founder (Joseph Smith) was true and if he really was a prophet. Since I was just coming back from my mission, I had just finished spending the last 18 months of my life telling about his story to thousands of people and then asking to pray to know whether his story was true or not, it was my duty to do the same with my beloved one.
He was really troubled since even though he had prayed a lot he had never received an answer about this question. Of course I invited him to keep on doing it, to be patient, not to lose hope, and with time as for every one of us, he would have known that the story was true.
I have grown up in a family where since our youngest age we are taught this story and we hear it often on Sundays, for me was evident this story was true. Asking about it would have felt as silly as asking the Lord if my eyes were really blue.
I could have seen the truth also from the results: I was feeling well, I was happy; I was doing good things, all fruits good for me. A good fruit doesn’t grow on a bad tree.
Of course in my life I had some doubts as many people have, but I was lucky enough to have two giants on my side: my mother and my older sister.
I have always seen my mother studying the Scriptures all day long and understanding things in a way I could have never done, so if I had any question my mother or my sister would have surely had the answer for it.
For me there was nothing about to pray for that I didn’t already know, but to support Max and for respect to all the people who I asked to do it during my mission, I decided to pray to know it.
Each of us on his own side would have asked to know the truth no matter would have been the price to pay for it. I didn’t have anything to lose since I already knew the truth.
This prayer had become very important for me for it would have been the way to persuade Max of the truthfulness of this story, it was important for him to know for our own future life. How could I have put on a family with him if he didn’t believe in this basic thing? Since he was a new converted I had to be sure he would have kept this religion for the rest of his life. And this had to pass from the believing in Joseph Smith was a prophet. I was a good missionary, and with him would have been the same, I would have helped him. Realizing of the repercussion this prayer could have had on our, or better on his future life (what could have changed for me?) I took it very seriously. To prepare myself best and to show my determination to know it, I fasted all day before doing it. Then in the evening, on my knees, I prayed the Lord. As I have never done before. As I have taught along my mission: with all my heart, with real faith, ready to act according to the received answer, no matter if I would have liked it or not, effacing all my prejudices and my truths, honestly without will to influence the answer in any way, ready to know no matter the price to pay would have been, if the Lord would have judged wise to answer me.
Answer or not answer the prayer made me feel well, I had learnt a new way of praying. Praying not for what I want or is convenient to me but according to His will, I put all myself in His hands, I was full of trust. And I went to sleep…
We don’t often remember our dreams, if so they are generally unclear, we forget some of their details and especially we are conscious they were just dreams, so not real.
When I got up that morning, I could very clearly remember each detail of my dream as I never was able to do before (and even today in writing about it I realize it is like engraved in my memory), as a souvenir that I could have lived more than dreamed of. I was worried for my mother even though I knew it was a dream; I had felt as it was the reality. I didn’t have understood its signification back then, but it was so real that it troubled me deeply.
Here you have it, nothing added nor invented (and of course I didn’t know anything about Max praying the Lord if He had something to tell me to tell it in my dreams):
I was in a car and my mother was driving, my sister and her two children were at the back, I had a map reading the direction to take. I think it was kind of late since it was quite dark outside. We had to go somewhere for a meeting. Carefully following my map I was giving my mother the direction to take. As we arrived to a crossroads I said: “Follow the direction for center town” she makes a left instead of a right. “Mum, it was on your right…nothing serious we are going to catch up”. I look at my map from each side to find another way to put us back to the right direction. A crossroads again, I tell her the direction to take and she goes the other way.
BUT??!! OK, it is not that serious, next crossroads I will find another way since with all those one ways it was impossible to change direction or going back. And we found ourselves at the first crossroads again. I give her the direction as I gave her before and as before she goes the other way. That was too much and I say:
“But you are doing it on purpose or what else? We are already not in advance; we are never going to make it. We are just turning around, we are not going anywhere. Why you don’t follow what I tell you, it is me to have the map. What’s for I need to read it? Why are you doing it? Why?”
I was still talking when my mother gently pulled the car on the side of the street and with an empty look she answered me with a voice deprived of any feeling:
“It is because I am blind”
What??? That was too much for me.
“But you are completely insane! You are irresponsible; you drive with your children and with your grandchildren while you can’t see anything??? But everything is OK? Do you realize the danger of it?
We could have had an accident or worst we could have all died! You can’t see anything and you don’t say anything about it? Do you find it normal to drive while you are blind? You are really irresponsible. That’s it is me to drive now. Since you can’t see anything I drive.
I was more shocked then mad: she was not even realizing the danger of the situation. Moreover I was the only one to find it astounding, it was weird: my sister doesn’t say a word; she doesn’t even react to it. She is completely passive, as if the situation was completely normal. It is her to have her children in the car and that is pregnant not me! She is dreaming or what else?
At this point I get of the car to take the driving seat, moreover now it is dark night. I try to open the door that my mother had closed while getting out. Surprise: it is locked. I turn to my mother at the same time realizing my sister and her children got out of the car too (why did they do it?).
“Why have you locked the door, Mum? Give me the key, we are already late.”
And always with a dull voice and an empty look she said: “I don’t know, they must be on the contact”.
What??? And my idiot sister has also locked the door at the back. And my door has happened to be locked too.
“Great! Good job ladies! And what are we going to do now? But it is not possible; you must have done it on purpose”
While I was not in my best mood, mad by the fact we were not going further and by their impassibility toward the events, I realized I was talking to two walls, they didn’t understand anything, no consciousness of the gravity of their act: my mother was putting all of us in danger and my sister was trustfully following her, even in face of the evidence she was supporting her at any cost.
I am calming myself down now, let’s try to think. I am going to call somebody to take us home to take the spare keys and then back. I passed on my mind who could have helped us, nobody, all my friends are not in the position to do it or they don’t answer my calls. There is only one thing left to do: go home and come back by walk. The way looks very unpleasant: long for the 2hours needed just to go one direction, and hot since right there the sun is already at its highest in the sky while where we are is dark night.
I look at my mother: blind. I look at my sister: completely pregnant and her two children at her hands.
There is only me that can go. I leave them there immobile in a dark night.
I go in the sun decided to go back so that we could finally get to the right place.
When I got up I didn’t understand the meaning of this dream or that it could have been an answer to my prayer. For me the problem was my mother could have had an accident becoming blind. Then I told the dream to Max. He was surprise from the dream evidence. For him its meaning was clear and he was really astounded I didn’t understand it. He acknowledged me then of his praying the Lord if He had to tell me something to tell me in a dream. I didn’t believe a single word. My dream didn’t have anything to do with my prayer. Moreover it was not the answer I was waiting for.
Next night I had another weird dream.
I was a missionary. My mission president comes to visit us, me and my colleague, and takes us to a garden where he shows us a big church model of Mormon style. The model was almost finished; it was only missing its roof to be completed. We were asked to do the work. I and my colleague started
this assignment together with the help of other missionaries. We have nailed many wood boards and after a long while we have finally finished it. Te garden was longing the side of a very busy street and the giant church model was visible by everyone that was passing on this way. Once our work ended we gathered with all the other workers in a room. Behind a window I was watching the big church model.
Then I saw my mission president coming in front of the model church with somebody important (I couldn’t see his face, but I knew he was some general authority). My president was happy to show the finished model to his visitor. Then I saw my president opening the door of it and inviting his guest to get inside, I got scared and started shouting: “NO”, when I saw them both getting in. From my window I started shouting with all my strengths:
“Don’t do it, it is a fake church, don’t get inside, it is fake, it is going to collapse, it is not stable, it doesn’t have real foundations, I know it, I helped to build it!! Don’t get inside, get out, get out, it is fake, it is fake…”
I could have done my best shouting with all my strengths, they were way too far to be able to hear me.
All the other missionaries were watching what was happening, but I was the only one to be concerned for the people who got inside the church model. Since for my big grief some people passing over there having seen the giant church model were starting to get inside of it. I didn’t stop myself of shouting: “It is fake, it is fake”. There was nothing to do; no one could hear me since I was far away and the glass of the window and the noises of the passing cars were completely covering my shouting to be heard by somebody. I started to feel responsible and completely powerless for I knew all it was going to end in a bad way. Inside the model, my mission president and his guest were going toward the centre of the model main room. It was then that the wood boards started to crack under their weight and both fell in a giant hole and I saw behind the window the church model starting to get on fire and burning down with all the people that were inside it. When I got up that morning things were different. I understood. My eyes were seeing things differently. I told Max about this new dream; he listened but didn’t say anything.
Nevertheless I had already understood, next night I had another dream, maybe so that only one interpretation could have been possible for the 3 dreams, leaving me with just the freedom of accepting or refusing the message.
We were having a special fire site (it is a meeting) where an apostle (for the ones who are not Mormons an apostle is someone that holds a high position in the hierarchy of this church) had to give a speech. Everybody was excited of this happening (myself included), since it is not on every Sundays that we have the occasion of meeting an apostle. Finally the moment of his speech comes. I was all ears and what he came out from his mouth for more than 20 min was nothing more than gibberish.
But from his gestures it was like he was saying something very important. I looked myself around but nobody was astounded by this as I was, few of them were showing also some signs of understanding moving their heads up and down at the rhythm of those words. Thinking it was me having a problem, I put even more all my attention to the speech, but nothing to do, all his speech didn’t make any sense.
At the end of the meeting I was hearing people saying: “How good his speech was, I feel myself edified. I have really felt the Spirit. What inspiring words…” I was shocked, how could they say these things!
At this point I had the need to know. I didn’t like these dreams, for they were not convenient for me. It could not be possible. Nevertheless in my prayer I engaged myself to know no matter the price to pay would have been. Fear started to take me. What to do? How to do? How to talk to my family? How my mother would have taken all this? And what about all the promises I had made, I was sincere, could I go back from I had promised, I was feeling my truth according to the thing that I knew, but my truth was The Truth? And how to be Christians without being a Mormon?
What would have been of my life?
For me there were only good things in my life. What I was feeling was good, was really good for the Lord? Maybe it was this that Jesus wanted to say when he reproached Peter telling him:”Go away Satan! For you not know the things of the Lord, you have only human thoughts” (Marc 8:33).
I understood the Lord wanted something from me; but what? How could I do it?
I started reading the Mormons books I had with me, maybe I could have found something showing me that all of this was not true, that were just simple dreams with no meaning.
Maybe they were not from God but from the other side. But all I was reading was going in the same sense of my dreams, either it was in the book of Mormon, in the church magazine, in the Sunday school manual…
During this time Max didn’t say anything; he knew that he had to leave me alone or someday I could have reproached him to have influenced me. Anyway it would have been impossible for him to influence me, since too many years in the same culture with the same attitude reinforced by pleasant feelings, would have completely blocked me to other suggestions. No logic, no facts, no men, nothing could have made me feel or seeing things in a different way. And for what at the end? Just to lose my beloved way of living? For him and now I recognize this too, only the Lord could have opened my eyes to see things differently.
And within few days I saw them totally differently, and the most incredible was for me to discover new things that were always being in front of my eyes. How not to see them? Where I was before?
All from the start: the ghost voice with all that it had communicated that turned to be the truth, all the strange coincidences: Max incredible internet contact, my president making me stay in Geneva against my wish, the one-eyed old lady preventing me of a man prepared by the Lord that was waiting for me and how I should have done to detect him, the ring story, the fact that Max was made completely insensible to his illness so he could have meet me again, that he had to be baptized in the Mormon church if not evidently I would have never seen him as a potential husband, that he felt well in this church, and that both of us have fallen in love of each other (even this was forecast by the ghost voice from the very beginning “she is your wife, you are her husband…” ) and all my dreams. Even if we would have wanted to influence all this in one sense or in the other, how could have we done it? If you think it is possible try to do even the half of it.

Only now we could see that all was coherent and that was converging in the same direction from the beginning. And this from the very first ghost voice sentence:

She is your wife, you are her husband, I love her and…you have to protect her from this church

Either everything was wrong or everything was true. I could think no more that only the beginning of this sentence was true. And this only since it would have been convenient for me.


THE END



samedi 22 janvier 2011

Quelques mots pour finir




C’est irréel. Ce n’est pas possible que tout cela soit arrivé. C’est ce que nous avons ressenti pendant que nous écrivions et lisions cette histoire. Nous pensions que c’était incroyable même pour nous qui l’avions vécu. Donc une question nous vint spontanément comme peut-être elle vous viendra aussi : pourquoi tout ça ? Pourquoi tout ça juste pour que deux personne soit ensemble ? Deux personnes qui ne sont pas du tout spéciales, d’aucune manière. Nous n’avons pas encore la réponse. Et si nous voulons être raisonnables, il est très improbable que nous l’ayons un jour. Qui sait. Mais tout ça est quand-même arrivé.
Peut-être que chacun d’entre vous aura sa propre réponse.
Nous avons essayé de faire de notre mieux pour écrire seulement les faits réels sans interprétation personnelle.
Nous avons essayé de le faire de la manière qu’aurait fait quelqu’un marchant frappé par un pot de fleur : il a été frappé par un pot de fleur. Sans dire ses sentiments, ses suppositions, et la raison du pourquoi c’est arrivé. Ses sentiments et suppositions aurait pu changer en fonction de s’il avait bien dormi la nuit précédente, si dans son cœur il y avait de la haine ou de l’amour, s’il était seul ou amoureux, s’il était pressé ou non et pour finir pas pour cette raison non de la moindre importance : si sa tête était dure ou fragile. Toutes ces choses auraient beaucoup changé sa perception. Mais le fait restera le même : il a été frappé par un pot de fleur.

Pour les curieux : maintenant nous sommes tous les deux Chrétiens, autant que nous le permette notre foi dans notre cœur et dans notre attitude.


« Quand le cœur pleure de ce qu’il a perdu, l’esprit sourit de ce qu’il a trouvé. »

Chapitre 8 : les rêves



Ah que la vie est belle ! Je rentre juste d’une bonne mission, j’ai un chéri que j’aime et qui m’aime, j’ai une famille qui m’aime et prend soin de moi, j’ai plein d’amis et je passe ma journée à m’occuper de mes neveux, que demande le peuple ? Pour moi ma vie était on ne peut mieux, rien à redire ni changer.
J’avais des vérités que je tenais pour base sûre dans ma vie.
Max n’avait jamais caché ni à moi ni à personne d’autre, qu’il ne savait pas si l’histoire du fondateur des Mormons (Joseph Smith) était vraie et s’il était bien un prophète. Venant juste de rentrer de mission, donc ayant passé les 18 derniers mois de ma vie à raconter son histoire à des tonnes de personnes, puis à leur demander de prier pour savoir si elle est véridique ou non, il était de mon devoir de faire pareil avec mon chéri.
Il était très perturbé car il avait beau prié pour savoir, il ne recevait jamais de réponse. Je l’ai bien sur invité à continuer, à être patient, à ne pas perdre espoir et qu’avec le temps comme nous tous, il saurait que l’histoire est vraie.
J’ai grandi dans une famille où depuis toute petite, on nous enseigne cette histoire et nous l’entendons souvent le dimanche, pour moi il était évident que cette histoire soit vraie. Demander à propos de ça aurait été aussi bête que de demander au Seigneur si mes yeux sont vraiment bleus.
Je pouvais aussi voir la vérité grâce aux résultats : je me sentais bien, j’étais heureuse, je faisais de bonnes choses, tous des fruits qui étaient bons pour moi. Un bon fruit ne pousse pas sur un mauvais arbre.
Bien sur dans ma vie j’ai eu des doutes comme beaucoup de personnes, mais j’étais chanceuse d’avoir deux géants à mes côtés : ma mère et ma grande sœur.
J’ai toujours vu ma mère étudier les écritures toute la journée et comprendre des choses comme je n’aurai jamais pu le faire, donc si j’avais eu n’importe quelle question ma mère ou ma sœur aurait eu sûrement la réponse.
Pour moi il n’y avait rien à propos de quoi prier que je ne sache déjà, mais pour soutenir Max et par respect pour toutes les personnes à qui j’ai demandé de le faire pendant ma mission, j’ai décidé de prier pour savoir. Chacun d’entre nous, de son côté prierait pour connaitre la vérité à n’importe quel prix. Je n’avais rien à perdre puisque je connaissais déjà la vérité.

Cette prière était devenue très importante pour moi car elle aurait été le moyen de bien convaincre Max que c’était vrai, il était important qu’il le sache pour notre vie future. Comment j’aurai pu fonder un foyer avec lui s’il ne croit même pas en cette base. Nouveau converti dans la religion comme il l’était j’avais besoin d’être sûre qu’il y resterait toute sa vie. Et cela passait pour moi par le fait de croire en Joseph Smith. J’ai été une bonne missionnaire, et avec lui ça serait pareil, je l’aiderai. Consciente de la répercussion de cette prière sur notre ou plutôt sa vie future (moi qu’est ce que ça pourrait me changer ?) je l’ai prise très au sérieux. Afin de bien m’y préparer et de montrer ma détermination à savoir, avant de la faire, j’avais jeûné toute la journée. Puis le soir, agenouillée, j’ai prié Dieu. Comme je ne l’avais jamais fait auparavant. Comme je l’avais tellement enseigné pendant ma mission : de tout mon cœur, avec une foi réelle, prête à agir en fonction de la réponse peu importe si c’est celle qui me plaira ou non, effaçant tous mes préjugés, effaçant toutes mes vérités, honnêtement sans vouloir influencer la réponse dans un sens comme dans l’autre, prête à savoir à n’importe quel prix, si Dieu jugerait sage de me répondre.
Réponse ou pas, la prière m’avait fait du bien, j’avais appris une nouvelle façon de prier. Prier non pour ce que je veux ou ce qui m’arrange mais selon Sa volonté à lui, je mettais remise entre Ses mains, j’étais confiante. Et je suis allée me coucher…

Souvent nous ne nous rappelons pas de nos rêves, si oui, ils restent en général flous, nous oublions certain détail et surtout nous avons conscience que ce n’était qu’un rêve, donc non réel. Lorsque je me suis réveillée ce matin là, je me rappelai en détail de chaque partie de mon rêve très clairement comme jamais auparavant (et encore aujourd’hui en l’écrivant je constate qu’il est resté gravé très nettement dans ma mémoire), comme un souvenir que j’aurai vécu plutôt qu’un rêve. Je m’inquiétai pour ma mère, bien que sachant que c’était un rêve, je l’avais ressenti comme s’il s’agissait de la réalité. Je n’en avais pas alors compris la signification, mais il était d’une telle réalité qu’il me perturba vraiment. Le voici tel quel je n’ai rien rajouté, ni inventé (et bien sur je ne savais pas que Max avait prié et demandé au Seigneur que s’Il avait quelque chose à me dire, qu’Il me le dise dans mes rêves).


J’étais dans une voiture avec ma mère au volant, ma sœur et ses deux enfants à l’arrière, moi à l’avant avec la carte comme copilote. Je suppose qu’il était tard, car il faisait sombre dehors. Nous avions rendez-vous quelque part. Suivant bien les instructions de mon plan j’indiquai les directions à prendre à ma mère. Arrivés à un rond point je lui dis :
« Suis la direction centre ville » elle tourne à gauche la direction centre ville étant à droite. « Maman c’était à droite… bon pas grave ça arrive on va se rattraper. » je tourne et retourne ma carte pour trouver le chemin qui nous ramènerai sur la bonne voie. Nouveau rond point je lui indique la direction à suivre et elle part dans le sens inverse. MAIS ??!! Bon c’est re pas grave, je vais trouver un autre chemin au carrefour suivant car avec tous ces sens interdits jamais moyen de faire demi-tour ou marche arrière. De nouveau nous nous retrouvons au même rond point du début. Je lui re indique la direction et comme précédemment elle part dans une autre direction. Alors là c’en est trop j’explose :
« Mais tu fais exprès ou quoi ? Déjà qu’on n’est pas en avance, on ne va jamais y arriver. On tourne en rond, on n’avance pas là. Pourquoi tu ne suis pas ce que je te dis, c’est moi qui ai la carte non ? Ça sert à quoi que je te la lise ? Pourquoi tu fais ça à la fin ? Pourquoi ?»
Tout en même temps que je laisse exploser ma frustration, ma mère gara gentiment la voiture sur le bas coté. Puis lorsque j’eu fini, les mains sur son volant, le regard dans le vague elle me répondit d’une voix complètement neutre dénuée de tous sentiments :
« Parce que je suis aveugle. »
Quoi ??? Hein ??? Là c’était trop.
« Mais t’es complètement malade ! T’es inconsciente, tu conduis avec tes enfants et petits enfants dans la voiture alors que tu vois rien ??? Mais ça va pas, tu te rends compte du danger ? On aurait pu avoir un accident, pire on aurait pu tous mourir ! Tu ne vois rien et tu ne nous dis rien ? Tu trouves ça normal de conduire alors que tu es aveugle ? Inconsciente, vraiment. Fini, hop c’est moi qui prends le volant, puisque tu ne vois rien. Je conduis. »
Je suis choquée plus qu’énervée : elle ne se rend même pas compte du danger. D’ailleurs je suis la seule à trouver ça ahurissant, c’est bizarre : ma sœur elle dit rien, elle ne réagit même pas. Complètement passive, comme si c’était normal, même pas choquée. C’est elle qui a ses enfants dans la voiture et qui est enceinte pas moi ! Elle dort ou quoi ?
Bon je sors de la voiture pour prendre le volant, en plus il fait nuit noire maintenant. J’essaie d’ouvrir la portière du conducteur que ma mère avait fermé en descendant. Surprise, elle est fermée à clef. Je me retourne vers ma mère, c’est là que je me rends compte que ma sœur et tous ses enfants sont descendus aussi (pourquoi ils ont fait ça ceux-là ?).
« Maman pourquoi t’as fermé à clef ? Donne-moi la clef, on est déjà en retard. »
C’est alors qu’elle me répond, toujours d’une voix blasée, le regard dans le vague :
« Je ne les ai pas, elles sont restés sur le contact. »
Quoi ??? Et mon idiote de sœur a bien sur elle aussi fermé à clef les portières à l’arrière. Et ma portière s’est retrouvée elle aussi comme pas hasard fermée à clef.
« Génial ! Bravo les filles ! Et maintenant on fait comment ? Mais c’est pas possible, vous avez fait exprès ou quoi ? »
Alors que je m’énerve, agacée par le fait que l’on n’avançait pas et de leur impassibilité face aux événements, je me rendis compte que je parlais à deux murs, elles ne comprenaient rien, aucune conscience de la gravité de leur acte : ma mère nous mettant tous en danger et ma sœur la suivant en toute confiance, même devant l’évidence de l’erreur la supportant coute que coute.
Bon pas grave, je me calme, essayons de réfléchir. Je vais appeler quelqu’un pour qu’il nous conduise à la maison récupérer le double des clés, puis on revient et on repart. Je passe mentalement en revu qui serait susceptible de nous aider, personne, tous mes amis ne peuvent pas ou ne répondent pas lorsque je les appelle. Bon il n’y a plus qu’une solution : aller à pied à la maison et revenir à pied.
Le chemin m’a l’air très pénible : long car 2h de marche rien que pour l’aller, chaud car contrairement à là où nous sommes, dans la nuit noir, là-bas le soleil est déjà à son zénith. Je regarde ma mère : aveugle, je regarde ma sœur : enceinte jusqu’au cou, ses deux enfants accrochés à ses mains. Bon bah y a que moi qui puisse y aller. Je les laisse là immobiles dans la nuit noire. Je pars sous le soleil, décidée à revenir, pour qu’on puisse enfin arrivé à bon port.

Lorsque je me suis réveillée je n’avais pas compris la signification du rêve et encore moins que cela puisse être une réponse à ma prière de la veille. Pour moi, le problème était que ma mère avait peut-être eu un accident et qu’elle soit devenue aveugle. J’ai alors raconté mon rêve à Max. Il fut très surpris de la clarté du rêve. Pour lui la signification était évidente, et il fût étonné que je ne comprenne pas. Il m’avoua avoir prié pour que s’Il avait quelque chose à dire, qu’Il me le dise dans un rêve. Moi je n’y croyais pas un mot : mon rêve n’avait rien à voir avec ma prière. Puisque ce n’était pas la réponse que j’attendais.
La nuit suivante, je fis un autre rêve tout aussi dérangeant.

J’étais missionnaire. Mon président de mission vint nous voir, ma collègue et moi, il nous amena dans un jardin et nous présenta une grande maquette d’église du style celles des mormons. La maquette était presque finie il ne manquait plus que le toit. Il nous fût demandé de la terminer. Avec ma collègue et d’autres missionnaires, nous nous sommes alors mis à la tâche. Nous avons cloué plusieurs planches pendant un long moment et finalement nous avons terminé. Le jardin longé une route très fréquentée, la maquette géante était alors visible par tous ceux qui passaient sur cette route. Une fois notre travail terminé nous nous sommes retrouvés avec tous les « ouvriers » dans une pièce. Derrière une fenêtre je regardai la maquette.
Je vis alors mon président de mission arriver devant la maquette avec quelqu’un d’important (je n’ai pas vu son visage, mais je savais que c’était une autorité générale). Mon président tout content montrait la maquette finie à son visiteur. Puis effrayée je vis mon président ouvrir la porte de la maquette et inviter son invité à rentrer. Je m’écriai : « NON ! » lorsque je les vus rentrer tous les deux à l’intérieur de la maquette.
Devant ma fenêtre je criai de toutes mes forces :
« Non ne faites pas ça, c’est une fausse église, ne rentrez pas, elle est fausse, elle va s’écrouler, elle n’est pas stable, elle n’a pas de vraies fondations, je sais écoutez moi j’ai aidé à la bâtir !! Ne rentrez pas, sortez, sortez, elle est fausse, elle est fausse, elle est fausse… » J’avais beau crier de toutes mes forces, j’étais trop loin pour qu’ils m’entendent. Tous les autres missionnaires assistaient à la scène avec moi, mais j’étais la seule à avoir peur pour ceux qui étaient rentré. Car à mon grand malheur, des passants ayant vu la maquette commencèrent eux aussi à rentrer dedans. Je n’arrêtai pas de crier « elle est fausse, elle fausse ». Rien à faire, personne ne m’entendais car j’étais trop loin, et entre la vitre et le bruit des voitures qui passaient, mes cris étaient couverts. Je commençais à m’en vouloir de l’avoir finie. Je me sentais responsable et complètement impuissante alors que je savais que ça allait mal finir. A l’intérieur de la maquette, mon président de mission et son invité s’avancèrent jusqu’au centre de la pièce principale. C’est alors que les planches de bois craquèrent sous leur poids et ils tombèrent tous les deux dans un trou béant et je vis de derrière ma fenêtre la maquette prendre feu et brûler totalement avec tous ceux qui étaient rentrés dedans.

Lorsque je me suis réveillée ce matin là, les choses étaient différentes. J’avais compris. Mes yeux voyaient différemment. J’ai raconté ce nouveau rêve à Max, il a écouté mais s’est suspendu de tous commentaires.

La nuit suivante je fis encore un autre rêve malgré le fait que j’aie déjà compris, histoire de ne laisser qu’une seule interprétation possible des 3 rêves, ne me concédant plus que la liberté d’accepter ou refuser le message.

Nous avions un coin de feu (c’est une réunion) spécial ou un apôtre (pour ceux qui ne sont pas mormons, un apôtre est un haut leader de cette église) devait venir prendre la parole. Tout le monde était très enthousiaste de cet évènement (moi y compris), car ce n’est pas tous les dimanches que nous avons l’occasion de rencontrer un apôtre. Finalement arriva son tour de prendre la parole, j’étais toute ouïe et ce qui sorti de sa bouche pendant plus de 20 minutes ne fût que du charabia. Mais dans ses gestes, il agissait comme s’il disait quelque chose de très important. Je regardai autour de moi et personne n’avait l’air surpris comme je l’étais, certain avait même l’air de comprendre car ils hochaient de la tête au rythme des paroles. Pensant que c’était de moi d’où venait le problème, je me suis concentrée encore plus, mais rien à faire tout son discours n’avait aucun sens. A la fin de la réunion, je vis tout le monde se dire : « ah comme c’était bien, je me sens édifié. Vraiment j’ai ressenti l’esprit. Quelles paroles inspirantes… » J’étais choquée. Comment pouvaient-ils dire cela !

J’ai alors commencé à avoir besoin de savoir. Ces rêves ne me plaisaient pas, car ils ne m’arrangeaient pas. Ça ne pouvait pas être possible.
Pourtant dans ma prière, je m’étais engagée à n’importe quel prix. La peur s’est emparée de moi. Quoi faire ? Comment faire ? Comment parler à ma famille ? Comment ma mère le prendrait ? Et toutes les promesses que j’avais faites, j’étais sincère, pouvais-je revenir sur ce que j’avais promis, je sentais ma vérité en accord avec les choses que je connaissais, mais ma vérité, c’était La Vérité ? Et comment est ce que je dois être chrétienne si je ne suis pas mormone ? Qu’allait devenir ma vie ?
Pour moi, dans ma vie il n’y avait que du bon. Ce que je ressentais de bon, était vraiment bon selon Dieu ? Peut-être que c’était ça que voulait dire Jésus quand il reprit Pierre en lui disant : « arrière de moi Satan ! Car tu ne connais pas les choses de Dieu, tu n’as que des pensées humaines » (marc 8 : 33). Néanmoins j’avais compris que Dieu attendait quelque chose de moi ; mais quoi ? Comment est ce que je pouvais le faire ? J’ai commencé par lire les livres mormons que j’avais avec moi, peut-être aurais-je trouvé quelque chose me montrant que tout cela n’était pas vrai, ce n’était que de simples rêves ne signifiant rien. Peut-être n’étaient-ils pas de Dieu, mais de l’autre côté. Mais tout ce que je lisais allait dans le sens de mes rêves, que ce soit dans le livre de Mormon, manuel de religion, manuel de l’école du dimanche…
Pendant tout ce temps, Max ne me disait plus rien; il savait qu’il devait me laisser seule ou un jour j’aurai pu lui reprocher de m’avoir influencé. De toute manière cela lui aurait été impossible, car trop d’années dans la même culture avec la même attitude renforcée par des sentiments plaisants, m’aurait rendu absolument bloquée à d’autres suggestions. Pas de logique, pas de faits, pas d’homme, rien ne m’aurait fait sentir ou voir les choses d’une manière différente. Et après pourquoi : juste pour perdre ma manière de vivre bien aimée?
Pour lui, et maintenant je le reconnais aussi, il n’y avait que Dieu qui pouvait m’ouvrir les yeux, pour voir les choses différemment.

Et je les ai vues totalement différemment dans l’espace de quelques jours et le plus surprenant pour moi fût que je découvrais de « nouvelles » choses qui avaient été toujours devant mes yeux. Comment pas le voir ? Où j’ai été auparavant ?

Depuis le début : la voix fantôme avec tout ce qu’elle a communiqué, qui s’est avéré être vrai, toutes ces plus qu’étranges coïncidences : le contact internet de Max, que mon président me fasse rester à Genève contre mon souhait, la femme borgne qui me prévint d’un homme déjà préparé du Seigneur qui m’attend et comment je devais faire pour le repérer, l’histoire de la bague, le fait que Max ait pu venir chez moi rendu complètement insensible à sa maladie, qu’il ait dû se faire baptiser dans l’église Mormone sinon évidemment je ne l’aurais même pas considéré comme un mari potentiel, qu’il se soit senti bien à l’église, et le fait que tous les deux tombions amoureux l’un de l’autre (même ça fût prédit par la voix fantôme depuis le début, « elle est ta femme, tu es son mari »…) et tous mes rêves. Même si on aurait voulu influencer tout cela dans un sens comme dans un autre, comment aurions-nous pu le faire ? Si vous croyez que c’est possible, essayez de le faire ne serait-ce qu’à moitié.
Seulement maintenant nous pouvons voir que tout était cohérent et convergeait dans le même sens, depuis le début. Et ça depuis la toute première phrase de la voix fantôme :

« Elle est ta femme, tu es son mari, je l’aime et …tu dois la protéger de cette église ».

Soit tout était faux, soit tout était vrai. Je ne pouvais plus penser que seul le début de cette phrase était vrai. Et ça, seulement parce que cela m’aurait arrangé.



FIN



dimanche 16 janvier 2011

chapter 7 : the trip to her




I was suffering from a disease of the kind that changes your life. Thinking about being able to make a ten hours train trip would have been in my condition the same that jumping from a plane without a parachute, going to catch another men with one, and all of this of course without having ever jumped from a plane before in your life. The kind of things only James Bond is comfortable with. I say this just to make you aware of the degree of difficulty and probability of me meeting her again.
But if our meeting had to happen something would have made it possible, if not …if not this adventure would have ended as I was frankly expecting. I was tired of trying to deal with things of strange nature, but of course something was making me patient. I say of course since the improbable if not the impossible was happening like a pen drops of your hand when you let it go.
I am of the same species of Thomas the apostle without the sainthood. So you can forget to make me believe in things. I have to have a direct and tangible fact that doesn’t have to be interpreted. The same kind if you have been hit by a vase. It hurts. You can say whatever you want about why it happened, but it happened. I am more interested in what happens not why. A reason now doesn’t give me an helmet for before. You could say you have been blessed so the next time you could avoid it, but for sure I am not going to walk with an helmet on all day, and I certainly prefer to suffer one day from maybe another improbable flower vase then becoming neurotic and suffering every day. I have to add that I have never in my life been the kind of new age men the kind of having the attitude to feel special things and having the presumption or maybe the real gift, who knows, of feeling the reality in a way unknown by common people. No, I am common people. So no voices, no sixth sense, no premonitory dreams. Anything of the kind would have only made me feel… better go and seek professional help. The most uncommon reality experience I had, it has been the gift of a bottle of wine that had to combine with the too many medicines I was taking for a terrible back pain.


For a person like me there is not a lot of complication how to find the secret way or technique to make a prayer valid enough for being taken in consideration.. Neither to put myself in that better inner position to make it work. “Lord if you want me to meet with this lady make me able to go there, if not just leave me the way I am.” I made just this simple and direct prayer.


One day, while as I was preparing myself to go out for a short walk the ghost voice came out from nothing as usual saying: "I gave it to you I take it from you."
The ghost thought (I could call it also ghost thought I guess) didn’t specify at all it was about my physical condition but I immediately felt no doubt it was about it. (For who still didn’t understand what was for me the ghost voice I repeat myself: it was of the same nature of thoughts, but it could be felt differently enough not to be confused with normal thoughts but not so different to be considered as something else, and always felt deeply believable and leaving me with a deep inner calm. I could have questioned a normal thought, but the ghost thought or voice was giving me the feeling of unquestionability even though was concerning something rationally improbable or absurd. My questioning about its messages didn’t have any strength. This is only what I can and will say. I don’t push any theory on who was the ghost voice since I would never know and I don’t want to add any sin on myself since up to now I have already done a good job).
So inside me I started believing I was able to go to visit her. Of course I was not sure, but as usual I was steered by something. And steered by something I decided with apparently no reason to have the blessing of the sick. So I contacted some missionaries that accepted to give me this blessing. I was waiting for them when I thought it was strange that the ghost voice was making me believing that I was healed to go to Charline and then I had the personal inspiration to ask for the blessing of the sick. For me it meant that the healing had to come from them, I supposed.
But the ghost voice made its presence: "It is not for you. It is for him."
For the experts I leave the meaning of this sentence. “It is not for you” is of an easy understanding, but “It is for him”… If it was referring to one of the missionary that came for the blessing I don’t know I can only guess.


The day of my three days travel arrived. I believed I was healed at least for this trip, but from believing it and being absolutely certain…there is a gap. So I had the same attitude of acceptation as the condemned has before going to his execution. I was in total acceptance of my destinity even though I was forecasting it extremely hard and unpleasant.
But there was nothing to do. It was like I had a shield. I was feeling some symptoms of my illness beginning to form but just before they could gain enough strength to be felt or suffered they were like dispersed by a blast of something. What an amazing feeling. I could clearly feel the presence of an unidentifiable nature that was managing everything with immense calm and strength. You feel this once you would like to have this feeling forever. You are small, almost nothing but at the same time invulnerable. And I felt all my trying to participate to this happening like a movement with no consequence; there was no access for me and my capabilities over that state.
Two different worlds. I was just a spectator of it.
I sunk in a complete and deep admiration of it.


I didn’t know if it would have last or not, but for that moment I was healed. I was going to her. And as you can expect, her family, especially her mother was really full of joy about my visiting her daughter.
Could you imagine how happy would be a mother of a 23 years old lady that start seeing a guy of 42 years old, with two marriages at his back and full of tattoos? You know the kind of joy.


Of course I didn’t pretend to be accepted. I was not a fool.


So it useless to say that we went through some bad moments. But apparently the more difficult was getting the more something was helping us to go through this phase. People full of wise human sense were trying to separate us but they were constantly making the perfect mistakes in talking or in their actions to make us more together.


I was able to visit her few times and apparently I was not suffering any more of my illness. Even though inside I was afraid it was just to visit her. I was expecting my state to come back after doing what I had to do. But I was hoping not.


Everything went extremely fast. It was scary since it was so fast and at the same time so normal. So the second time I have met with her I asked her if she wanted to marry me.


Since the only reasonable thing to do considering everything that happened was for us to get married we decided that was better for Charline to come in the city where I was living, so she could have tried to find a job before getting married.
She found a room where to stay but of course few people naturally gifted of a kind fantasy immediately thought she came to my place so we could loose the Spirit together doing unreligious things. You know the kind.

Sometimes been judged without evidence can be hard. For Charline was not easy to discover the nice side of humanity. I have lived with it all along my entire life so for me was just routine. Nothing to be surprised of.
We were nevertheless calmly happy. Our Mormon life was active as before. She was enthusiast as me so classes, lessons, every Sunday and Wednesday afternoon we were having pleasure in being there. But things were not going to stay that way.
One day Charline said to me: I had a weird dream.

“I was in your house. And as an extension of your balcony (5th floor) there was a straight bridge leading nowhere since it was stopping in the emptiness. Few people were already walking across it. I did the same. I went to its end, I stayed there for a while and finding nothing I started to go back. While I was on my way back, the end of the bridge started to collapse, and as everybody around me I started running. But the bridge was collapsing quicker then I could run and everybody started disappearing falling in a black void. Watching was was waiting for me I started running even faster. I was almost arrived to the other side when the ground opened under my feet; it was too late. I was falling…and coming from nowhere you came and grasped my hand and brought me to your balcony. You have saved me. This dream seemed so real it scared me. Luckily you where there”.

This dream was too explicit for me not to make a connection with the ghost voice first sentence.
I didn’t have to forget the last part of it. Now was directly her with her dream that was reminding me not to forget it.
“Charline I think there is a big problem. I have a very deep reason to believe we have to consider something very seriously.”
I felt I had to tell Charline about the ghost voice, and his first sentence. I told her the last part didn’t make any sense to me, but then why she had to make that dream and why she had to tell it to me? I asked her why I had to do it and how could I have been able to do it if I didn’t even knew the reason since for me there was not a reason why I had to do something like that. I told her this was really troubling me.
She was not shaked at all. Like she was absolutely sure my worrying was non sense. She said she didn’t think I had to do anything since she couldn’t see need of and if I had really to do something the Lord would have showed me how. So we just let it went in time will tell and not believe it too much was her preferred option.
Charline’s dream has been a very gentle reminder. But me trying not to pay attention to it apparently was not allowed, so very soon I started loosing my interior peace.
I was urged to do something I didn’t know. And what was becoming more clear to me was a risk absolutely unpleasant and unwelcome: our separation.
I couldn’t have any rest. Everything was becoming clear and also the risk to loose her.
I couldn’t accept the deny of the last part of the ghost voice first sentence any more. The feeling of even trying to do it was absolutely unbearable. It was like I had been made all at once intolerant to my own deny.


I told Charline we had to do something together. Everything had to come to its end, everything had to achieve whatever it was and it had to be done right now. Dead end: no time left.
I really was sure that what would have happened would have been a great risk to separate us immediately or would have put the base for us to separate in the future. I was in the bathroom ready to take a shower and thinking that the future could have been really inconvenient for me. “I made you free. If you love her, you make her free.”
The ghost voice was right. But the risk of allowing freedom is major one, since the management of freedom is a risky task which results are completely out of control. But love I guess is also accepting the risk of losing the love of loved ones.
And this was the last time I had the ghost voice. This was its last sentence
Of course I had to do it, It didn’t matter if I would have lost everything, I had to do it all. I couldn’t avoid to do just what I didn’t like.

I asked Charline if she could have asked in prayer to know the truth. But I asked her if she could have asked to know the truth whatever the price to pay would have been. She agreed. But she was serene. She told me she already knew it.
Then without her knowing about it I prayed God: “This is really all I can do. If you have to tell her something please tell her in her dreams”.
Dreams were really the appropriate way. I would have not influenced her in any way. And for me would have been the final sign the ghost voice spoke the truth from the very beginning. Even though after all that happened questioning it was a little too much. Sadly this is how we are when this something is against our convenience.

Next day when she met me she was looking troubled.
I have to tell you what I have dreamed last night, she said.


to be continued...


chapitre 7 : le voyage vers elle




Je souffrais d’une maladie du genre qui change votre vie. Penser être capable de faire un voyage de dix heures de train dans ma condition aurait été comme sauter d’un avion sans parachute, d’aller attraper au vol un autre homme qui en a un et bien sur tout ça sans avoir déjà sauter d’un avion auparavant dans votre vie. Le genre de situations confortables uniquement pour James Bond. Je dis cela juste pour que vous sachiez le degré de difficulté et la probabilité que j’avais de la revoir.

Mais si notre rencontre devait arriver quelque chose l’aurait rendu possible, sinon…si non cette aventure se serait terminée comme franchement je l’attendais. J’étais fatigué d’essayer de gérer des choses de nature étrange, mais bien sur quelque chose me rendait patient. Je dis bien sur puisque l’improbabilité ou sinon l’impossible était entrain de se produire comme un stylo tombe de votre main quand vous le laissez aller.

Je suis de la même espèce que l’apôtre Thomas sans la sainteté. Donc vous pouvez oublier de me faire croire en des choses. Je dois avoir une preuve de première main qui ne doit pas avoir était interprétée. Du même genre que si un vase vous tombe dessus. Ça fait mal. Vous pouvez dire tout ce que vous voulez sur le pourquoi s’est arrivé, mais c’est arrivé. Je suis plus intéressé dans se qui s’est passé plutôt que du pourquoi. Une raison maintenant ne me donne pas un casque pour ce qui s’est passé avant. Vous pouvez dire que vous avez été béni donc la prochaine fois vous pourrez l’éviter, mais c’est sûr que je ne vais pas porter un casque tous les jours et je préfère certainement souffrir un jour d’un autre improbable vase plutôt que de devenir névrotique et souffrir chaque jour. Je dois ajouter que jamais dans ma vie je n’ai été le genre d’homme nouvel âge qui sentent des choses spéciales et ont des présomptions ou peut-être le vrai don, qui sait, de sentir la réalité d’une manière inconnue par les personnes ordinaires. Non, je suis une personne ordinaire. Donc pas de voix, pas de sixième sens, pas de rêves prémonitoires. N’importe quelle chose de ce style m’aurait seulement fait sentir…vaut mieux aller et chercher de l’aide d’un professionnel. L’expérience de la réalité la moins ordinaire que j’ai eu, a été le cadeau d’une bouteille de vin qui fut combinée avec trop de médicaments que je prenais pour une terrible douleur du dos.

Pour une personne comme moi il n’y a pas beaucoup de complications pour trouver le chemin secret ou la technique de rendre une prière assez valable pour être prise en considération. Non plus me mettre intérieurement dans la meilleure position pour la faire marcher. « Seigneur si tu veux que je revois cette fille rends moi capable d’aller là-bas, sinon laisse moi juste comme je suis. » j’ai juste fait cette simple et directe prière.

Un jour, pendant que je me préparai à aller dehors pour un petit tour la voix fantôme vint de nulle part comme d’habitude disant : « c’est moi qui te l’ai donné, c’est moi qui te l’enlève. »

La pensée fantôme (je suppose que je pourrais aussi l’appeler la pensée fantôme) n’a pas du tout spécifié si c’était à propos de ma condition physique mais j’ai immédiatement senti sans aucun doute que c’était ce dont il était question (pour ceux qui n’ont toujours pas compris ce qu’est la voix fantôme pour moi je me répète : c’était de la même nature des pensées, mais pouvait être sentie assez différemment pour ne pas être confondue avec des pensées normales mais pas assez différente pour être considérée comme quelque chose d’autre et toujours sentie profondément crédible et me laissant avec un profond calme intérieur. J’aurais pu questionner une pensée normale, mais la pensée ou voix fantôme me procurait ce sentiment de non questionnement même si cela concernait des choses rationnellement improbables ou absurdes. Mon questionnement à propos de ce message n’avait aucune force. C’est juste ce que je peux et pourrais dire. Je ne pousse aucune théorie sur qui était la voix fantôme puisque je ne pourrai jamais savoir et je ne veux pas m’ajouter de péché vu que jusqu’à maintenant j’ai déjà fait un bon travail).

Donc à l’intérieur de moi je commençai à croire d’être capable d’aller la visiter. Bien sur je n’étais pas sûr, mais comme d’habitude j’étais poussé par quelque chose. Et poussé par quelque chose j’ai décidé apparemment sans aucune raison de recevoir une bénédiction pour les malades. Donc j’ai contacté des missionnaires qui ont accepté de me donner cette bénédiction. J’étais entrain de les attendre quand je me mis à penser que c’était étrange que la voix fantôme me fasse croire que j’étais guéri pour aller voir Charline et qu’après j’ai une inspiration personnelle de demander une bénédiction pour les malades. Pour moi la signification était que la guérison devait venir d’eux, je supposai.

Mais la voix fantôme se fit entendre : « ce n’est pas pour toi. C’est pour lui. »

Je laisse le sens de cette phrase aux experts. « ce n’est pas pour toi » est d’une compréhension facile, mais « c’est pour lui »…si cela faisait référence à l’un des missionnaires qui vint pour la bénédiction je ne sais pas je ne peux que deviner.

Le jour de mon voyage de trois jours arriva. Je croyais être guéri au moins pour ce voyage, mais entre le croire et être absolument certain…il y a un écart. Donc j’avais la même attitude d’acceptation qu’un condamné à mort a avant d’aller à son exécution. J’étais dans une soumission totale de mon destin même si je pouvais le présager extrêmement dur et désagréable.

Mais il n’y avait rien à faire. C’était comme si j’avais un bouclier. Je ressentais quelques symptômes de ma maladie commencer à se former mais juste avant qu’ils puissent avoir assez de force pour être senti ou créé une souffrance ils furent comme dispersé par une rafale de quelque chose. Quel sentiment incroyable. Je pouvais clairement sentir la présence d’une nature inidentifiable qui gérait toute chose avec un calme immense et force. Vous ressentez ça une fois vous voudriez avoir ce sentiment pour toujours. Vous êtes petit, presque rien mais en même temps invulnérable. Et j’ai senti que tous mes efforts pour participer à ce qui se passait comme un mouvement sans conséquence : il n’y avait pas d’accès pour moi et mes capacités sur cet état.

Deux mondes différents. J’en étais juste un spectateur.

Je coulais dans une complète et profonde admiration de tout ça.

Je ne savais si cela durerait ou pas, mais pour le moment j’étais guéri. J’allais vers elle. Et comme vous pouvez vous y attendre, sa famille, spécialement sa mère était vraiment pleine de joie à propos de moi visitant sa fille.

Pouvez-vous imaginer combien heureuse pourrait être une mère d’une fille de 23 ans qui commence à voir un homme de 42 ans, avec deux mariages derrière lui et plein de tatouages ? Vous connaissez ce genre de joie.

Bien sur je ne m’attendais pas à être accepté. Je n’étais pas fou.

Donc il est inutile de dire que nous sommes passés par de mauvais moments. Mais apparemment plus cela devenait difficile plus quelque chose nous aidait à traverser cette phase. Des personnes qui était remplie de sagesse humaine essayaient de nous séparer faisant constamment la parfaite erreur dans leur discours ou dans leur action pour nous rapprocher encore plus.

Je fus capable de lui rendre visites quelques fois et apparemment je ne souffrais plus de ma maladie. Même si à l’intérieur j’avais peur que ça ne soit que pour pouvoir la visiter. Je m’attendais à voir mon état revenir une fois que j’aurai fait ce que je devais faire. Mais j’espérai que non.

Tout est allé très vite. C’était effrayant puisque ça allait si vite et en même temps si normal. Donc lors de ma deuxième visite je lui ai demandé si elle voulait m’épouser.

Puisque la seule chose raisonnable à faire pour nous vu tout ce qui se produisait était de nous marier nous décidâmes qu’il était mieux pour Charline de venir dans la ville où je vivais, afin qu’elle puisse trouver un travail avant le mariage.

Elle trouva une chambre où rester mais bien sur quelque personne naturellement dotée d’une gentille imagination pensèrent immédiatement qu’elle est venue chez moi afin que nous puissions ensemble perdre l’Esprit en faisant des choses irréligieuses. Vous voyez le genre.

Parfois être jugé sans preuve peut être dur. Ce ne fût pas facile pour Charline de découvrir le bon côté de l’humanité. J’ai vécu avec tout au long de ma vie entière donc pour moi c’était la routine. Rien de surprenant.

Nous étions néanmoins calmement heureux. Notre vie mormone était active comme avant. Elle était enthousiaste comme moi donc nous avions plaisir à être présent aux classes, leçons, chaque dimanche et mercredi après-midi. Mais les choses n’allaient pas rester de cette façon.
Un jour Charline me dit : j’ai eu un rêve bizarre.

« J’étais chez toi. Et dans le prolongement de ton balcon (5eme étage) il y avait un pont tout droit menant nulle part puisqu’il s’arrêtait dans le vide. Plusieurs personne étaient déjà dessus et le parcouraient. Je me suis mise à faire pareil. Je suis allée jusqu’au bout, j’y suis restée un moment, ne trouvant rien je suis revenue sur mes pas. Alors que j’étais sur le chemin du retour, le bout du pont commença à s’effondrer, comme tout le monde autour de moi je me suis mise à courir. Mais le pont s’effondrait plus vite que je ne courrais. Le pont et tous ceux qui y étaient disparaissaient les uns après les autres, tombant dans un vide noir. Voyant ce qui m’attendait je me suis mise à courir encore plus vite. Alors que j’étais presque arrivée, le sol s’effondra sous mes pieds, c’était trop tard. J’étais entrain de tomber …et venant de nulle part tu as attrapé ma main, arrêté ma chute et m’a remonté sur ton balcon. Tu m’as sauvé. Un rêve paraissant tellement réel qu’il m’a fait peur. Heureusement que tu étais là.»

Ce rêve était trop explicite pour moi pour ne pas faire la connexion avec la première phrase de la voix fantôme.

Je ne devais pas oublier la dernière partie. Maintenant c’était directement elle avec son rêve qui me rappelait de ne pas l’oublier.
« Charline je pense qu’il y a un gros problème. J’ai une raison très profonde de croire que nous avons quelque chose à considérer très sérieusement. »
J’ai senti que je devais parler à Charline de la voix fantôme, et de sa première phrase. Je lui ai dit que la dernière partie n’avait aucun sens pour moi, mais maintenant pourquoi elle devait faire ce rêve et pourquoi elle devait me le raconter ? je lui ai demandé pourquoi je devais le faire et comment aurais-je pu être capable de le faire puisque je ne savais même pas la raison puisque pour moi il n’y avait pas de raison pourquoi je devais faire quelque chose comme ça. Je lui ai dit que ça me troublait vraiment.

Elle n’était pas du tout secouée. Comme si elle était absolument sûre que mon inquiétude n’avait pas de sens. Elle a dit qu’elle ne pensait pas que j’ai quelque chose à faire parce qu’elle en voyait la nécessité et si j’avais réellement quelque chose à faire le Seigneur me montrerai comment. Donc nous l’avons juste laissé couler avec le temps et ne pas trop y croire était son option préférée.

Le rêve de Charline avait été un très gentil rappel. Mais que je n’y prête pas attention apparemment n’était pas autorisé, donc très rapidement j’ai commencé à perdre ma paix intérieure.
J’étais pressé de faire quelque chose que je ne savais pas. Et ce qui devenait plus clair pour moi était le risque absolument désagréable et non bienvenu : notre séparation.
Je ne pouvais avoir aucun repos. Toutes les choses devenaient claires et aussi le risque que je la perde.
Je ne pouvais plus accepter le déni de la dernière partie de la première phrase de la voix fantôme. Même le sentiment d’essayer de le faire était absolument insupportable. C’était comme si j’étais tout d’un coup rendu intolérant de mon propre déni.
J’ai dit à Charline que nous devions faire quelque chose ensemble. Toute chose devait arriver à sa fin, toute chose devait être achevé peut importe ce que c’était et cela devait être fait maintenant. Voie sans issue : plus de temps restant.

J’étais vraiment sûr que ce qui se serait produit aurait été un grand risque de séparation immédiate pour nous ou aurait posé les fondations d’une séparation future. J’étais dans la salle de bain prêt à prendre une douche et pensant au futur qui aurait été vraiment inconvénient pour moi. « je t’ai fais libre. Si tu l’aimes, rend la libre. »
La voix fantôme avait raison. Mais autoriser la liberté est un risque majeur, puisque la gestion de la liberté et une tâche à risque dont les résultats sont complètement hors de contrôle. Mais l’amour je crois est aussi accepter le risque de perdre l’amour des êtres aimés.
Et c’était la dernière fois que j’ai eu la voix fantôme. C’était sa dernière phrase.
Bien sur je devais le faire, il n’y avait pas d’importance que je perde tout, je devais tout faire. Je ne pouvais éviter de faire juste ce que je ne voulais pas.
J’ai demandé à Charline si elle pouvait demander de savoir la vérité dans une prière. Mais je lui ai demandé qu’elle précise de connaitre la vérité peut importe le prix à payé qu’il faudrait. Elle fut d’accord. Mais elle était sereine. Elle me répondit qu’elle le savait déjà.
Puis sans qu’elle ne le sache j’ai prié Dieu : « c’est vraiment tout ce que je peux faire. Si tu dois lui dire quelque chose s’il te plait dit lui dans ses rêves. »
Les rêves étaient vraiment le moyen approprié. Je ne l’aurai influencé d’aucune manière. Et pour moi ça aurait été le signe final que la voix fantôme avait dit la vérité depuis le début.
Bien qu’après tout ce qui s’est passé la questionner était un peu trop. Malheureusement c’est ainsi que nous sommes quand les choses ne sont comme cela nous arrangerait.

Le jour suivant quand elle me rencontra elle avait l’air troublé.
Je dois te raconter de quoi j’ai rêvé la nuit dernière, elle a dit.

A suivre...